Avantages et inconvénients du Micro-BNC pour les infirmières libérales

Au niveau fiscal, l’infirmier ou infirmière en libéral est soumis au régime des bénéfices non-commerciaux (BNC). Selon ses recettes, l’IDEL peut opter pour le régime micro-BNC ou le régime d’imposition réel. Il est conseillé de faire appel à l’expert-comptable pour en savoir plus et éviter les pièges.

La fiscalité des infirmières en micro-BNC

Seules les infirmières libérales ne dépassant pas 70 000 € de chiffres d’affaires annuel sur une des 2 années précédent l’exercice en cours ou lors de leur installation peuvent opter pour le régime micro-BNC. En cas de dépassement du CA, vous basculez au régime du réel.
En tant qu’infirmière, vos formalités fiscales et comptables sont simplifiées avec le micro-BNC : pas de
déclaration d’impôt professionnelle 2035 à effectuer, un abattement forfaitaire de 34% directement appliqué sur les recettes annuelles, pas de déduction de charges de votre bénéfice. Vous devez cependant tenir un livre de recettes. Bien souvent, cette simplification n’est pas économiquement avantageuse comme peut le pointer un avis comptable sur votre activité IDEL !

Imposition des IDEL en réel vs micro-BNC

Pour les IDEL, il apparaît que le dispositif micro-BNC ( avec déclaration d’impôt sur le revenu classique) mène bien souvent à payer plus d’impôts et de cotisations sociales. Tandis que le régime de la déclaration contrôlée permet d’ajuster votre bénéfice imposable, après déduction de vos frais professionnels. Voici un exemple à titre de comparaison : une infirmière encaissant 57 383 € de recettes aura un bénéfice moyen imposable de :
– 30 448 € (estimation) au régime réel de la déclaration contrôlé
– 37 873 € (avec l’abattement de 34%) en micro.
La base d’imposition sera donc majorée de 7 620 € avec le régime micro.
Le suivi de votre comptabilité par un cabinet spécialisé dans les professions de santé permet de comparer de manière personnalisée les 2 dispositifs et d’opter pour le plus avantageux.
Le régime BNC au réel exige certes de tenir une comptabilité de trésorerie et de répondre à des obligations
fiscales, en constante évolution. Mais retenez que faire appel à un spécialiste de la comptabilité des praticiens en libéral est un service déductible des frais professionnels, qui peut faire gagner du temps et faciliter la gestion comptable de l’activité IDEL.